Vaux-sous-Chèvremont, Terril de Basse-Ransy

 

 Vaux

Introduction 

Le terril de Basse-Ransy, établi à cheval sur les Communes de Chaudfontaine et de Liège, est un des plus petits terrils liégeois : sa surface ne dépasse pas un hectare ! Et pourtant, sa petite taille ne l'empêche pas d'abriter des espèces rares, dont certaines n'ont pas été observées dans les autres sites du Pays des Terrils.

Il en est ainsi du grillon des champs, qui vit en colonies dans des biotopes particuliers tels les bords de routes ou les pelouses arides. Revêtu de noir brillant, le grillon des champs a colonisé le terril de Basse-Ransy à partir du RAVeL (ancienne ligne 38) qui le jouxte. Les mâles chantent devant un petit terrier durant les mois de mai et juin, et s'y cachent dès qu'ils sont dérangés !

Habillées également d'un noir brillant à peine teinté de rouge, les coccinelles des landes figurent parmi leurs voisines, accompagnées par les coccinelles noires. Les deux sont protégées vu leur rareté. Ces deux espèces de « bêtes à bon dieu » vivent habituellement dans les landes à bruyère mais peuvent se déplacer en automne pour trouver un refuge pour passer l’hiver. La présence de ces deux espèces de coccinelles s’explique par la lande de Streupas (Sart-Tilman) qui est situé à quelques kilomètres à vol de coccinelle du terril de Basse-Ransy.

 

Intérêts biologiques du Terril de Basse-Ransy

Plus d’une centaine de plantes ont été recensées sur ce terril. Malgré se petite taille, ce terril offre une grande diversité de milieux propices à l’épanouissement des plantes. Dans les zones les plus rocailleuses, poussent des plantes pionnières adaptées à la sécheresse comme la passerage de Virginie, l’épilobe lancéolé, l’épervière de Bauhin, le réséda jaune, la vipérine, la petite oseille…

En grimpant la pente du terril, regardez au sol si vous ne voyez pas le criquet à ailes bleues, qui passe inaperçu posé au sol (bien camouflé par sa livrée grise rappelant la couleur du schiste), mais qui, lorsqu’il s’envole, vous surprendra par ses ailes teintées de bleu turquoise.

Les milieux plus herbacés et les friches accueillent plutôt des plantes de prairies et de bords de routes. On y observe la carottes sauvage, la centaurée jacée, l’eupatoire chanvrine, le salsifis des près, le millepertuis perforé… C’est dans ce milieu que les papillons sont les plus nombreux. On citera par exemple le thécla de la ronce observé en lisière des bosquets. Tristan, azuré de la bugrane, vulcain, hespérie de la houlque… peuvent être observés durant les belles journées d’été.

Les zones plus boisées sont le domaine des grands arbres. Le bouleau verruqueux est bien représenté en compagnie des chênes et des érables. Le genêt à balais forme des bosquets, qui restent verts toute l’année, en lisière de la forêt. C’est dans ce bois que vous pourrez entendre en été le grillon des bois, petit cousin du grillon des champs. Il vit dans la litière (feuilles mortes) des forêts et est nettement plus répandu que son homologue des champs.

Petite originalité floristique… le tabouret calaminaire est une plante qui pousse habituellement sur les sols pollués en métaux lourds. En région liégeoise, certaines régions comme Angleur, Prayon, Plombière, la Calamine… ont connu un passé industriel qui a pollué certains sols en zinc. Des plantes spécialisées et adaptées à ces sols (comme le tabouret calaminaire) ont fini par coloniser le terrain.

La présence de ce tabouret sur le terril témoigne des retombées de fumées enrichies en métaux lors des activités jadis de la Vieille Montagne.

 

Téléchargez le PDF du Terril de Basse-Ransy

vaux cover CDT

 

 

 

 

 

Infos pratiques

Le terril est situé le long du RAVeL (ligne 38) au niveau de la Cité des Mineurs - 4051 Vaux-sous-Chèvremont. Le terril est accessible gratuitement du lever au coucher du soleil.

Stations du Terril de Basse-Ransy

 

Les galeries photos de Vaux-sous-Chèvremont